COMMUNIQUES DE PRESSE COMMUNIQUES DE PRESSE

0

Le 26/06/2014 | Toujours plus de pharmaciens opposés à l’honoraire à la boîte

Depuis le lancement de la pétition relative au plan d’économie gouvernemental et à la mise en place de l’honoraire à la boîte, les pharmaciens manifestent de plus en plus fortement leur colère et leur opposition. A ce jour, plus de 8 500 officines ont signé la pétition et ont manifesté leur désaccord face à la politique d’économie et à l’évolution de leur mode de rémunération. Le nombre massif de pétitions reçues montre la volonté des pharmaciens de faire évoluer une situation entérinée par un seul syndicat.  

Au regard du nombre très important de pétitions défavorables à l’honoraire à la boîte, on peut se poser la question du poids de la signature du syndicat majoritaire, suffisante à elle seule pour engager l’ensemble de la profession.

Compte-tenu de ce rejet massif, l’UNPF demande un rendez-vous d’urgence avec le Ministère afin de faire évoluer la situation vers une autre réforme qui ne diminuera pas la marge des pharmaciens, qui déconnectera la rémunération des volumes (en baisse), qui sécurisera les remises sur les génériques et qui n’engendrera pas de coût supplémentaire pour la collectivité.

Cette réforme repose sur la mise en place d’un honoraire à l’ordonnance, financé par une partie des sommes liées aux contrats de coopération. L’UNPF considère qu’il est vital de sauvegarder l’économie du générique qui représente 30% de la marge actuelle des pharmaciens. Un honoraire de responsabilité pour les produits de la 3ème tranche dont le PFHT est supérieur à 1500 € en échange de retours d’enquêtes sur l’observance et la tolérance des traitements, permettrait de contrebalancer les effets du capage de la 3ème tranche.

Par ailleurs, la préservation du maillage officinal passe par la reconnaissance du rôle que les officines peuvent jouer au sein des soins de proximité.

Bien qu’opposée à la signature de l’avenant, l’UNPF continuera d’œuvrer en faveur d’un consensus professionnel permettant d’évoluer vers un honoraire à l’ordonnance qui a l’avantage de rassembler à la fois les pharmaciens et les structures qui les représentent.