Recommandations
Les médicaments génériques ont été soutenus par les pharmaciens qui ont, largement, contribué à leur développement. S’ils représentent aujourd’hui 25% du marché pharmaceutique, cela représente 70% de substitution dans le répertoire. Les génériques ont permis de réaliser 2 milliards d’économies en 2011 et plus de 10 milliards depuis 1999.
 
Les efforts demandés aux pharmaciens sont constants (objectif de taux de substitution fixé à 85% dans la nouvelle Convention), des sanctions sont prévues et certaines CPAM mettent en place des rejets systématiques ou par lots…. Or, comme nous l’avons déjà démontré, plusieurs acteurs interviennent sur ce marché et doivent également être responsabilisés (engagement des médecins à réaliser 20% de prescription en DCI…).
 
On a laissé se développer des forces d’inertie à la croissance du générique, il convient aujourd’hui de lever ces freins en agissant à plusieurs niveaux :
 
- ouvrir le répertoire et éviter les switchs lors de l’arrivée de génériques dans une classe thérapeutique : cela minimise les économies potentielles et accroît le risque de rupture de la spécialité concernée
 
- Stimuler la prescription en DCI
 
- Renforcer le 1/3 payant contre générique, ce qui évitera la concurrence entre les pharmaciens. Cela permettra également de générer des économies substantielles pour la Sécurité Sociale
 
- Ne pas augmenter le nombre de molécules soumises au TFR, cela supprimerait toute notion de concurrence et freinerait le développement du générique par le pharmacien
 
- Assurer une cohérence des messages relatifs aux génériques de la part des autorités de santé
 
- Communiquer sur la pertinence médicale des génériques
 
- Communiquer auprès des médias sur la valeur des génériques et sur la stimulation de la recherche (innovation) par les économies réalisées

 
Les médicaments génériques représentent une part importante (25%) de la marge officinale. Des mesures trop contraignantes pour les pharmaciens risqueraient d’impacter négativement le réseau, qui génère 120 000 emplois, ainsi que le maillage officinal qui permet un accès de proximité aux soins.